A table avec Phoebe Washburn

phoebe washburn ping pong table La table de ping-pong de Phoebe Washburn

Les installations de Phoebe Washburn sont fonctionnelles. Ce qui n’empêche pas l’artiste de revendiquer leur caractère inutile et saugrenu.

Au début des années 2000, qui ont marqué son ascension dans une galerie new-yorkaise, Phoebe Washburn chinait déjà dans les arrière-cours de Brooklyn. Sa cible : les déchets de notre civilisation. Elle les triait ensuite comme un castor qui construit infatigablement son barrage. Il en est ainsi de sa table de ping-pong. Si les différentes étapes du travail de préparation et de réalisation sont stupides, l’artiste a pourtant choisi de s’y plier. Il en découle une œuvre d’art où l’espace a une valeur toute à fait particulière, mais dont la fonction première meurt au profit d’un visuel, bien chargé.

1 commentaire

Laisser une réponse