En Afrique, le tennis de table rencontre de plus en plus de succès

En 10 ans, le tennis de table est devenu de plus en plus populaire sur le continent africain. La fédération internationale de tennis de table a multiplié les investissements en Afrique pour permettre au sport de se développer. Résultat, des clubs émergent un peu partout, mais c’est surtout en Égypte et au Nigeria qu’il rencontre le succès avec des millions de pratiquants.

Des investissements importants dans le ping-pong

Pour la fédération internationale de tennis de table (ITTF), l’Afrique représente un investissement important. Le sport y est encore peu implanté proportionnellement à la population, mais les jeunes talents émergents sont déjà nombreux. Le Nigérian Quadri Aruna peut en témoigner, ainsi que la victoire d’une Égyptienne et d’un Nigérian aux derniers championnats du monde des moins de 12 ans.   La fédération internationale n’a pas manqué de remarquer cet intérêt grandissant. Elle espère pouvoir miser sur les jeunes talents et investit pour leur offrir le meilleur matériel possible. Effectivement, pour créer de futurs champions, il leur faut la meilleure raquette ping pong et des tables réglementaires dignes de ce nom. Sur le long terme, la fédération a beaucoup à gagner et a déjà investi près d’un million d’euros en 2018.

Éviter à tout prix la fuite des talents

Le plus gros problème que rencontre le développement du tennis de table en Afrique, c’est la fuite des talents. Effectivement, en Asie, le sport est bien plus pris au sérieux et les clubs importants n’hésitent pas à proposer la nationalité à des talents étrangers pour les intégrer à leurs équipes. Pour les joueurs africains, c’est alors l’opportunité d’une vie confortable et d’une carrière prometteuse.   Néanmoins, les conditions de vie de ces talents importés restent difficiles et la situation laisse également l’Afrique exsangue de ses talents. Voilà pourquoi il a été décidé en 2018 qu’un joueur de plus de 21 ans qui aurait déjà joué pour la sélection nationale de son pays ne pourra plus changer de nationalité. L’objectif est d’éviter que les investissements locaux profitent aux équipes étrangères.

La Chine reste la plus grande nation du ping-pong

Dans le monde du tennis de table, la Chine reste le pays avec les plus grands talents et les plus grands investissements. Néanmoins, l’Afrique ne désespère pas de se faire une place dans les classements, voire de détrôner l’Empire du Milieu dans quelques décennies. Il y a encore du chemin à parcourir, surtout quand on se souvient que la Chine a remporté absolument toutes les médailles (d’or, d’argent et de bronze) aux Jeux olympiques de 2008 et 2012.   Pour les acteurs africains locaux, les aides de la fédération internationale sont les bienvenues. Néanmoins, ils continuent de marteler qu’elles ne feront aucune différence tant qu’aucune décision politique locale en faveur du sport ne sera prise. L’Afrique a les moyens d’offrir une carrière de pongiste à ses enfants, mais elle doit encore le décider. Contenu :

Laisser une réponse