Les bénéfices le l’entrainement en altitude

On attend souvent parler d’équipes sportives parties s’entrainer lors de stages en altitude avant par exemple une compétition. L’entrainement sportif en altitude aurait pour intérêt d’améliorer les performances du sportif.

Comment fonctionne le corps en altitude ?

Pendant la phase d’accommodation, le corps s’adapte au manque d’oxygène et après 3 jours la fréquence respiratoire s’accroît, il y a hyperventilation. Le débit cardiaque et la fréquence cardiaque  augmentent également. Vient ensuite la phase d’acclimatation pendant laquelle l’hyperventilation persiste. Bien que le débit cardiaque et la fréquence cardiaque reviennent à la normale, le débit cardiaque maximal et la fréquence cardiaque maximale sont diminués. Le nombre de globules rouges augmentent rapidement au début du stage puis plus lentement par la suite. Ce phénomène, stimulé par sécrétion d’érythropoïétine (plus communément appelée EPO) s’appelle la polyglobulie. Lors de séjours prolongés (3 à 4 semaines) il y a augmentation du nombre de capillaires musculaires. Il peut y avoir à l’inverse des physiopathologies liées à l’altitude comme l’insomnie, la fatigue, les céphalées ou encore les vertiges.  

Quels sont les bénéfices d’un stage en altitude ?

Lorsque l’on retourne à un niveau plus bas, la polyglobulie perdure pendant quelques semaines tout comme l’augmentation de l’hématocrite et de la concentration en hémoglobine. Les bénéfices des séjours en altitude perdurent 6 à 7 semaines et permettent donc d’améliorer l’endurance et les performances sportives.   Pour le sportif de très haut niveau l’hypoxie ne représente qu’un moyen (ayant des effets néfastes) à n’utiliser qu’une fois les procédés d’entraînement en plaine ne lui permettent plus de progresser. Contrairement à l’oxygénothérapie, l’hypoxie ne se substitue pas à un manque d’oxygène de l’organisme, mais l’oblige à être plus performant dans sa capacité à l’utiliser. S’entrainer en altitude permet une amélioration du souffle ainsi qu’une augmentation de la capacité d’endurance et de récupération.  

Quelle altitude est la mieux adaptée ?

Mieux vaut s’entrainer à moyenne altitude, entre 1000 et 1200 mètres et vivre en haute altitude pendant le reste du séjour. running stage altitude

Préparer un stage sportif en altitude

Les premiers jours, entraînez-vous de façon très progressive, surtout lors des séances au seuil anaérobie et en VMA. Il est normal que vous couriez moins vite qu’en plaine. Au-dessus de 1500 mètres d’altitude les battements par minute s’élèvent à 10 ou 15 de plus qu’en  plaine, d’où la nécessité de demeurer au début en-dessous du seuil anaérobie. Le cardio-fréquencemètre  est recommandé. running altitude N’arrivez pas fatigué pour un stage en altitude ; soyez déjà en forme afin de pouvoir en profiter dès le début. Enfin surveillez votre hydratation car l’air peut être très sec.

Laisser une réponse