Courir pieds nus

courir pieds nus L’idée de courir pieds nus, barefoot en anglais, est vielle comme le monde. Aux Jeux Olympiques de 1960 à Rome, le coureur éthiopien Abebe Bikila remporta  la course haut-la-main en battant de 8 secondes le record du monde en courant pieds nus sur le bitume et les pavés des rues de la capitale italienne. Au Jeux Olympiques de Tokyo en 1964 il remporta à nouveau une médaille d’or mais cette fois avec des chaussures et une performance moindre. Il est courant de voir des athlètes d’Africains remporter des courses pieds nus tout en réalisant de très bonnes performances. Certains prônent la course à pieds nus la considérant comme un retour au naturel. Il ne faut pourtant omettre plusieurs critères en rapport avec la santé du coureur. Tout d’abord si la protection naturelle du pied par le biais de la corne se renforce au fil du temps, le coureur n’est pas pour autant à l’abri de blessures provoquées par des débris sur lesquels il pourrait courir (clous, verres). D’autre part, l’absence de protection des pieds en matière d’amorti pourrait s’avérer néfaste à longs termes. Mais il est difficile, pour l’heure, d’avoir un point de vue objectif car cette pratique se juge sur de nombreuses années. Il n’empêche que de nombreux coureurs pratiquant la course pieds nus sont enthousiasmés par cette pratique. Dans la course à pieds nus, la longueur des foulées est moins importante et l’impact du pied sur le sol se fait généralement sur la moitié avant du pied ce qui peut diminuer les risques de blessures. Si l’expérience vous tente je vous suggère de débuter sur une surface tendre comme le sable ou de vous lancer avec des chaussures minimalistes.

Les chaussures minimalistes, le bon compromis entre course à pieds nus et sécurité ?

Sur ce domaine également, les avis sont partagés. Les chaussures minimalistes apportent la protection minimale dont le pied pourrait avoir besoin. Très légère, les chaussures minimalistes sont constituées d’une semelle très souple dont l’épaisseur entre l’avant et l’arrière du pied est à peu près la même. La plupart des coureurs utilisant ces chaussures insistent sur la nécessité de réapprendre à courir car l’on attaque le sol avec la moitié avant du pied, les foulées sont plus courtes et la cadence plus élevée. course pieds nus La sensation d’être en contact avec le sol est un argument que l’on retrouve chez la plupart des coureurs conquis par la démarche « minimaliste ». La course à pied étant avant tout un plaisir, je pense que se forger sa propre expérience vaut mieux qu’un long discours.

1 commentaire

Laisser une réponse