Tennis de table : Concentration et attention sélective du sportif

L’attention sélective du sportif est sa capacité à traiter des stimuli spécifiques et à exclure d’autres stimuli concurrents. L’attention sélective est une qualité prédominante chez  l’athlète de haut niveau.

L’attention sélective : une capacité que chaque sportif peut maîtriser.

 Tous les sportifs ne sont pas cependant au même niveau en matière d’attention sélective, mais il est possible d’apprendre à la maîtriser. C’est à l’entraîneur d’identifier les indices importants et de proposer des exercices adaptés qui amènent l’athlète à se concentrer dessus. Ces exercices sont importants dans la mesure où lors de la plupart des compétitions des éléments extérieurs  peuvent venir perturber l’attention du sportif (supporters, bruits…).

concentration et attention sélective dans le sport

La capacité de traitement de l’information est propre à chaque athlète.

Il faut distinguer niveau d’intelligence avec la capacité  de traitement de l’information. Si la capacité de traitement de l’information est insuffisante le risque d’échec du sportif est  important, car il n’est pas en mesure de traiter tous les stimuli a l’origine de réponses adaptées.

Le rétrécissement de l’attention.

On appelle focalisation de l’attention ou rétrécissement de l’attention, la faculté d’un sportif à fixer son attention sur les bons stimuli pendant la compétition. Dans cette démarche, le sportif  est en mesure de rétrécir ou d’élargir son attention. Au tennis de table, la focale de l’attention est principalement restreinte alors qu’au football elle varie d’avantage selon l’action et la  distance du joueur par rapport à l’action. L’ajustement de l’attention selon le contexte se fait à partir d’indices qui fournissent au sportif les informations nécessaires à une meilleure  performance.

Indices pertinents / indices non pertinents et niveau d’éveil du sportif

Pour être performant lors d’un match le sportif doit se concentrer uniquement sur la tâche à accomplir. Les éléments extérieurs (fond sonore…), source de distraction, ne doivent pas venir  perturber le déroulement du match. Le sportif doit donc se concentrer sur l’essentiel et cette concentration sur les indices pertinents s’apprend, elle est liée au niveau d’éveil de l’athlète. Autrement dit, une bonne concentration peut permettre de gommer les éléments extérieurs perturbateurs. Le niveau d’éveil du sportif est sa capacité à distinguer les indices pertinents de ceux qui ne le sont pas. Un niveau d’éveil trop bas ne permet pas à un sportif de distinguer ces deux types  d’indices. Tandis qu’un niveau d’éveil trop élevé altère sa capacité à bien focaliser son attention. Ce niveau d’éveil s’accroît souvent avec l’expérience et l’entraînement. Easterbrook (1959) suggère que les effets de l’activation (degré d’activité de l’organisme) sur la performance sont dus à une altération de l’attention sélective. L’hypothèse est celle d’un rétrécissement du champ attentionnel avec l’élévation de l’activation : cette dernière diminuerait l’étendue des signaux que le sujet peut traiter. Au début, l’élévation de l’éveil entraîne une  focalisation sur les stimuli pertinents, et la performance s’améliore. Puis on arriverait à un « effet de tunnel », qui éliminerait également les stimuli pertinents. En situation de stress, le  sujet ne traiterait plus que les signaux centraux

Centrer son attention

L’arrêt des pensées et la centration de l’attention permettent au sportif d’éviter les erreurs dues à la distraction ou aux pensées négatives. S’entraîner à cette technique et y adjoindre des  pensées positives aident à la centration de la pensée. Pour se faire, le sportif doit apprendre à chasser les pensées négatives (utilisation du dialogue intérieur), à faire abstraction des  éléments perturbants, il doit aussi apprendre à prolonger sa durée de concentration. Cet apprentissage contribue à la gestion de l’éveil. Le contrôle de l’attention permet également d’éviter au  sportif de sombrer dans un cycle d’anxiété et de doute.

Voici les principales étapes de centration de l’attention :

  1. Remplacer les pensées négatives par des pensées positives
  2. Se centrer sur soi-même tout en modifiant le niveau d’éveil
  3. Focalisez sont attention sur un indice externe lié à l’exécution correcte de la tâche
  4. Exécuter le geste technique dès que l’on a le sentiment de contrôler l’attention

L’attention sélective, qui permet d’ignorer les informations non pertinentes pour se centrer sur l’information essentielle, prend du temps.

Une différence majeure entre l’athlète confirmé et l’athlète débutant est la capacité  de traitement de l’information. En effet, un athlète confirmé dispose d’une plus grande capacité de traitement de l’information qu’un athlète débutant. Ainsi, il dispose de ressources disponibles pour traiter d’autres tâches  qui nécessitent une attention particulière, contrairement au débutant qui mobilise l’intégralité de ses capacités pour le traitement de l’information de base.

Laisser une réponse