Devenir entraineur de tennis de table

Profil, rôle et responsabilité

L’entraîneur au sein d’un club de tennis de table est chargé d’amener le club ou un athlète à son meilleur niveau et de les préparer à des compétitions. C’est lui qui est responsable de leurs échecs et de leurs succès. L’entraîneur est lui-même un sportif de haut niveau, qui a pratiqué le tennis de table de manière intensive pendant plusieurs années. C’est également un enseignant qui maîtrise les processus d’apprentissage et sait les transmettre en appliquant un programme d’entraînement destiné à augmenter les performances.

 

Description des tâches / conditions de travail

Il conçoit des exercices adaptés à ses élèves ou à ses joueurs, selon un rythme, une progression et une intensité adaptés à chacun. Rien ne lui échappe : les fautes techniques, les gestes irréfléchis, les défaillances physiques, la fatigue mentale ou la lassitude. Pour toutes ces tâches, il est souvent épaulé par des conseillers techniques et des préparateurs physiques. En revanche, il a un rôle moteur, doit savoir motiver ses élèves, les encourager à aller de l’avant, à dépasser leurs limites.

Que vous exerciez au sein d’un club, d’une fédération sportive nationale ou d’une ligue régionale, l’entraîneur n’a pas un rôle aisé. En tant que responsable des résultats des sportifs, il est en effet porté en triomphe en cas de victoire, discrédité lors d’une défaite et facilement mis sur la touche. Il doit faire preuve, en outre, de force de caractère et d’un solide sens psychologique pour désamorcer les conflits, ménager les susceptibilités lors des sélections ou soutenir les sportifs en cas d’échec.

Il existe également des entraîneurs exerçant au sein d’organisations non compétitives, c’est-à-dire ne participant pas à des championnats professionnels. Ils ont alors davantage un rôle d’animation et d’éducation sportives.  Ces conditions de travail peuvent alors paraître mieux adaptées à de profils psychologiques d’entraîneur souhaitant moins de pression.

 

Salaires et revenus

Selon son expérience, un entraîneur de tennis de table peut espérer gagner 1 300 € et 3 000 €. Un entraîneur qui exerce dans une organisation non compétitive est le plus souvent bénévole, mais il peut néanmoins percevoir des indemnités. L’avenant n°36 de la CCNS relatif aux salaires a été publié. Son apport majeur est l’augmentation échelonnée de la valeur du SMC à compter du 1er avril 2009. Depuis le 1er janvier 2008, le SMC (salaire minimum conventionnel) est à 1261 €. Dès l’entrée en vigueur des dispositions de l’avenant n°36, le SMC passe à :

  • 1274, 87 au 1er avril 2009.
  • 1281,25 au 1er septembre 2009.
  • 1294,06 au 1er janvier 2010.
 

Évolution professionnelle

Avec une formation complémentaire et/ou en passant des concours organisés par le ministère de la Santé, de la Jeunesse des Sports et de fla Vie associative ou la fonction publique territoriale, on peut devenir entraîneur national, directeur technique national, conseiller territorial ou bien encore formateur de cadres sportifs ou gestionnaire d’équipements sportifs.

Les qualités d’un bon entraineur sportif

Si l’on doit retenir plusieurs qualités :
  1. Être un bon sportif. Il doit maitrise son domaine sportif car c’est son expérience qu’il transmet lors des entraînements et il en est de sa crédibilité. Un très haut niveau sportif n’est cependant pas indispensable.
  2. Être empathique et pédagogue. La savoir transmis doit être en adéquation avec les possibilités et les attentes de ses élèves.
  3. Être réaliste, objectif et méthodique. La méthode est un moyen d’atteindre un objectif de façon efficace.
  4. Être rigoureux, respecter ses engagements et la confidentialité. Ces élèves doivent pouvoir lui faire confiance et réciproquement.
  5. Être à l’écoute et être psychologue. Il joue un rôle psychologique important : il motive, encourage et écoute ses athlètes pour mieux adapter leur entraînement. À lui de désamorcer les conflits, de ménager les susceptibilités lors des sélections ou de soutenir les sportifs en cas d’échec.
  6. Pouvoir résister au stress. Le tennis de table est bien moins médiatisé que d’autres sports comme le football, néanmoins, dans certains grands clubs, l’entraîneur est très exposé et tenu responsable des résultats. Porté en triomphe en cas de victoire ou décrié lors d’une défaite, il est difficile de résister à la pression des compétitions. Force de caractère et esprit d’équipe sont indispensables.
  7. Savoir gérer son club. Dans les petits clubs, ce professionnel peut s’occuper de la gestion administrative ou matérielle. Il consacre également une grande partie de son temps à programmer des entraînements.
 

Études / formations

Ancien sportif de haut niveau, l’entraîneur doit être titulaire du brevet d’Etat d’éducateur sportif (BEES) du 2e degré dans la discipline du tennis de table. Pour travailler à un plus haut niveau, en tant qu’entraîneur national, le 3e degré du même BEES est exigé. Si on exerce à titre bénévole dans une structure non compétitive, un brevet fédéral délivré par une fédération sportive est suffisant. A noter : le BP JEPS (brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport) qui remplace peu à peu le BEES 1er  degré dans certaines disciplines ne convient pas pour exercer de véritables fonctions d’entraîneur. Ceci dit, les brevets d’état, actuellement diplômes de référence pour l’encadrement des activités physiques et sportives, sont appelés à être remplacés avant le début janvier 2011, par de nouveaux diplômes.

Schéma des diplômes professionnels

BPJEPS APT CS TT : Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l’Education Populaire et du Sport, spécialité « Activités Physiques pour Tous » Certificat de Spécialisation « Tennis de Table ». DEJEPS TT : Diplôme d’Etat de la Jeunesse, de l’Education Populaire et du Sport, spécialité « Perfectionnement Sportif » Mention « Tennis de Table ». DESJEPS TT : Diplôme d’Etat Supérieur de la Jeunesse, de l’Education Populaire et du Sport, spécialité « Performance Sportive » Mention « Tennis de Table ».

Pour tous renseignements, n’hésitez pas à contacter le DTN adjoint chargé des formations techniques, Gilles Corbion au 01.53.94.50.32.

Les centres de formation :
Métier d’Animateur sportif dans la discipline du Tennis de Table BPJEPS APT CS Tennis de Table

Centre de formation Montpellier (partenariat Ligue Languedoc-Roussillon, FFTT, CREPS Montpellier)

Nantes (partenariat FFTT, CREPS de Nantes)

Métier de Coordonnateur-Technicien ou d’entraîneur de Tennis de Table DEJEPS Tennis de Table

Centre de formation Paris Ile de France (partenariat Ligue Ile de France, FFTT, CREPS Chatenay-Malabry)

Montpellier (partenariat Ligue Languedoc-Roussillon, FFTT, CREPS Montpellier
  Articles connexes ou pouvant vous être utiles :  

5 COMMENTAIRES

Laisser une réponse