La marche pour mettre le psychisme en mouvement

Mettre un pied devant l’autre un peu partout dans le monde est une activité particulièrement bonne pour le psychisme et le moral. Les effets de la respi­ration, les mouvements du corps sont bons pour le moral ! Une méta-analyse écossaise portant sur 341 dépressifs l’a démontré en 2012 : marcher réduit les symptômes de la dépression. Les Japonais aussi se sont penchés sur la ques­tion. Chez eux, la marche à pied est devenue un phénomène de société et ils sont des milliers à se ruer dans des shinrin-yoku («bains de forêts ») inspirés des traditions bouddhiques et shintoïstes, depuis que le gouvernement en a lancé la vogue en 1982. Et la littérature scientifique nippone ne cesse de démontrer ses bienfaits. Sur le corps et sur l’esprit. Moins de stress ressenti, mesuré via le taux de cortisol, moins d’agressivité, d’anxiété, et moins de symptômes dépressifs.shinrin yoku marche à pied Aux Etats-Unis aussi, les psys misent sur la marche : au cours des années 2000 a émergé outre-Atlantique la walk and talk therapy. Au lieu du divan ou du face-à-face, patient et thérapeute marchent ensemble, de préfé­rence dans un espace vert. Central Park est ainsi devenu le cabinet à ciel ouvert des psys new-yorkais. L’intérêt ? La walk and talk therapy permet d’aller plus vite au cœur du problème et facilite la relation. Marcher nous met plus rapidement en contact avec nos émotions, et mobilise mieux nos ressources. Marcher et parler On sait qu’il est important de s’hydrater régulièrement et le manque d’hydratation  altérerait les fonctions cognitives, entraînant une confusion et des difficultés à se concentrer, un amenuisement de performances physiques, des céphalées ainsi qu’une plus grande irritabilité… Ces effets sont particulièrement perceptibles chez les enfants plus sensibles que les adultes. La marche est donc bénéfice à bien des niveaux, en décoinçant le diaphragme, la marche délie les émotions et libère du stress.  Marcher est souvent une occasion de penser à autre chose et de prendre conscience du corps, du centre de gravité, des mouvements que font pieds et mains. Les marcheurs sont des gens en mouvement au sens propre comme au figuré. Dès qu’on marche, on revient à l’essentiel, à nos besoins de base, besoin de respirer, de lumière, d’espace.

2 COMMENTAIRES

  1. Personnellement, je préfère la marche en montagne. Les bienfaits de la marche sont multiples car en plus elle permet de perdre du poids car elle pousse l’organisme à brûler des calories et à convertir les glucides, les graisses et les protéines en énergie plutôt qu’en réserves adipeuses. Certains disent qu’il faut qu’elle soit soutenue pour être efficace, mais personnellement je préfère y aller doucement, histoire d’admirer les alentours

  2. Je fais de l’hypertension artérielle et je cherchais à pratique un sport d’endurance réalisé à intensité moyenne. La marche et la randonnée m’ont beaucoup aidé, j’en ai senti les effets de bien être dès les 2 premières semaines. Je recommande à celles et ceux qui comme moi cherche une pratique sportive modérée la marche.

Laisser une réponse