Les risques d’une trop grande répétitivité de l’entraînement

L’apprentissage de la technique du tennis de table passe par le travail répétitif de l’entraînement. C’est la condition sine qua non pour de l’assimilation du geste et des enchaînements techniques. Hors, on constate également qu’une trop grande répétitivité dans l’entraînement va à l’encontre de la créativité du joueur. De la même façon le choix du partenaire est déterminant pour l’apprentissage. S’il est rassurant d’avoir en face de soi un partenaire de même niveau ou du même age, il est préférable d’en varier afin d’entrer dans des schémas de jeu différents, ce qui correspond à la réalité de la compétition. S’adapter à des jeux adversaires différents oblige le joueur à varier ses techniques à rester concentré et à adapter sa tactique.

Répétitivité de l'entrainement au tennis de table

Risque de limitation de l’adaptabilité du pongiste face à une situation nouvelle

Répéter indéfiniment les mêmes exercices entraîne un manque d’adaptabilité des joueurs aux jeux adverses.
Répéter trop souvent un exercice de « déplacement / réaction » basé des échanges du revers revient à automatiser des réflexes trop éloignés des situations réelles, dans la mesure où dans cet exemple l’un des joueurs peut à tout moment écarter dans le coup droit. Dans ce cas, il est préférable de décliner et d’enrichir techniquement cet exercice afin de contraindre le joueur à lire la balle à chaque instant.

Faible développement des habilités motrices

Un autre risque induit par une trop grande répétitivité d’un exercice est le non développement des habilités motrices. On peut être précis sur des gestes répétés mais peu habile, voire incapable, de les réaliser dans une situation variée ou nouvelle. La répétitivité n’introduit pas suffisamment les situations d’incertitude qui obligent le joueur à s’adapter.

motivation progès tennis de table pingpong

 

Mauvaise lecture du jeu, faible concentration

L’entraîneur se doit d’introduire le plus souvent possible dans ses séances d’entraînement un contexte de travail reprenant les fondamentaux issus de situations réelles. A chaque situation correspond potentiellement une multitude de réponses, le pongiste doit rester concentré et apprendre à lire toutes les balles comme il le ferait dans une situation réelle.
Rappelons que le nombre moyen d’actions sur la balle en match est de 2,6 actions par échange, autrement dit la majorité du jeu se gagne ou se perd pendant ou à l’issue d’un enchaînement de type service puis une balle ou remise puis une balle. Partant de ce constat, l’effort à réaliser durant l’entraînement doit être porté sur des situations de jeu correspondantes.

L’ennui et la perte de motivation

Une trop grande répétitivité dans l’entraînement peut amener le sportif à s’ennuyer voire perdre sa motivation, l’idéal est que le joueur mesure son travail et ses progrès à l’issu de chaque séances d’entraînement.

Apprentissage basé sur la répétition et sur le développement du geste « naturel » : deux approches différentes


Selon Timothy Gallwey, l’entraîneur en amenant son élève à lever ou à lever ou à contrôler les obstacles intérieurs qui l’empêchent d’atteindre son niveau optimum de performance, permet au  potentiel naturel de cet élève de se manifester sans qu’un apport technique massif de l’extérieur soit indispensable.
Le but du travail d’entraînement est de libérer le potentiel du joueur, pour le porter à son niveau de performance optimal. Il s’agit de lui apprendre à apprendre par lui-même, plutôt que de lui faire ingurgiter un savoir extérieur massif. L’une des cibles est que l’élève soit avide de progresser et qu’il devienne proactif en exerçant un rôle moteur. Cette démarche parfois source de créativité chez le sportif, diffère de celles privilégiant un apprentissage basé essentiellement sur la répétition du geste technique sensée mener  à la compréhension des principes sous-jacents.
Gallwey considère que chacun a sa propre manière d’agir mais que les gestes que nous réalisons sont l’image d’un apprentissage prédéfinis, que d’une certaine façon ses gestes techniques ne nous appartiennent pas. Gallwey pense qu’il est préférable de favoriser l’émergence d’un geste « naturel », instinctif, plutôt que de dicter ce que devrait être ce geste. Ce dernier serait selon lui spontané, rapide et fluide donc source de performance.  
Ces deux voix peuvent être néanmoins suivies parallèlement, la répétition étant indispensable à l’apprentissage d’un geste précis et adapté, la créativité étant source de succès.

La répétitivité du geste permet l’acquisition de la technique, la pratique du tennis de table « en situation » l’acquisition de la tactique.

Laisser une réponse