Rationalisation économique d’un club sportif

 Un club de sport, peut être perçu de plus en plus comme une entreprise, certes de type éducatif, mais dont les comptes doivent être équilibrés.  Le dirigeant du club, en plus d’être un bon éducateur doit être aussi un bon gestionnaire, il doit être en mesure de fixer des objectifs clairs et de savoir les confronter aux moyens.

club de sport

Un club sportif cherche de plus en plus à organiser la combinaison optimale des moyens dont il dispose pour atteindre un objectif défini.  Cela suppose, d’une part, que l’objectif soit quantifiable ou pour le moins identifiable, et, d’autre part, que les moyens (essentiellement humains) ne soient pas hors de portée managériale (impliquer des bénévoles dans une action collective n’est pas toujours aisée).

Très vite l’ambition de rationaliser l’entreprise de sport amateur est embarrassante à partir du moment où on cherche plus d’efficacité, plus de productivité, démarche jusqu’alors réservée à l’entreprise.

La rationalisation d’un club sportif est loin des aspects purement Taylorien, même si l’optimisation des infrastructures sportives peut être considérée dans certains cas comme une économie d’échelle.

En sciences de gestion, on appelle efficience d’une organisation économique sa capacité à minimiser ses coûts directs de production (maximiser sa productivité) et efficacité.

Toute association court désormais un risque à chaque assemblée générale: celui de voir un jeune bénévole, plein de fougue entrepreneuriale, qui, sous prétexte  d’«efficacité», proposerait la mutation du club amicaliste en « entreprise associative »  concurrentielle !

L’argument gestionnaire est cependant fondé. Un club sportif perçoit des cotisations dont il doit gérer rationnellement l’allocation compte tenu de ses charges sociales, fiscales et salariales, afin de répondre au mieux à la demande des pratiquants.

Faire le plein d’adhérents

Rien de pire qu’un club sportif à moitier vide. Pour augmenter le nombre d’adhérents d’un club voici quelques conseils :

  • Le parrainage : Une solution consiste à fournir des cartes d’invitation que le Club remet à chacun de ses licenciés pour qu’ils puissent « parrainer » de nouveaux adhérents. Ces derniers pourront, s’ils le désirent, découvrir gratuitement les activités du club concerné, pendant un certain temps.
  • La communication : Pour que les adhérents viennent à vous, il faut montrer que vous exister, soit en vous appuyant sur les outils de communications de votre municipalité (prospectus, site internet…). Etre présent aux manifestations de la ville, c’est gratuit et vous met en relation directe avec vos adhérents potentiels. Chaque club de tennis de table dispose sur le-pongiste.com d’un espace descriptif qui lui est propre et qui communique horaires et autres informations utiles.
  • La convivialité : Faire du club un endroit convivial où des amis peuvent se retourver autour d’une passion commune et où chacun trouve sa place.
  • La qualité des cours : C’est essentiel, donner des cours de bonne qualité, menant à des résultats quantifiables.

Se faire sponsoriser

Dès lors qu’un club se distingue, par ses résultats, la quête de sponsor peut s’avèrer rentable. Je vous suggère de lire notre article trouver un sponsor pour connaître toutes les démarches utiles et efficaces allant dans ce sens.

Obtenir des subventions municipales pour son club de sport

Les subventions peuvent constituer une part importante des ressources des associations. Pour avoir des chances de les obtenir il faut cependant respecter certaines règles et procédures. Pour tout savoir sur l’obtention de subventions municipales je vous invite à lire notre article sur ce sujet : Obtenir des subventions municipales pour son club de sport

Equilibrer le budget de son club sportif

La première chose à faire de définir un Budget prévisionnel, permettant au club de vivre. En termes économiques, le budget est une prévision détaillée des recettes et des dépenses d’un agent économique (le club de tennis de table) pour une période donnée. C’est la somme d’informations rassemblant les recettes attendues et les dépenses envisagées.

Le budget est donc une estimation, une prévision sur une période future donnée, et non une certitude de l’instant. Et lorsqu’à l’estimation du futur forcément imparfaite de nature se joint l’incertitude du sport, les choses se compliquent un petit peu !

Un budget s’établit donc sur une période future donnée, sur un prochain exercice. L’exercice d’un club de tennis de table se déroule sur l’année sportive, une saison. Plus précisément du 30 juin de n année au 30 juin de n+1 année.

Il faut déterminer quels types de recettes et quels types de dépenses un club de tennis de table peut avoir au cours d’un exercice.

Voici un exemple des postes pouvant apparaître dans le budget d’un club :

Budget prévisionnel 2010/2011 pour le club de tennis de table
Recettes Dépenses
Sponsoring Reversements des droits à l’image (FFTT)
Subventions Masse salariale
Billetterie Charges diverses
Merchandising Frais de fonctionnement

Budgétiser de façon très optimiste, sans tenir compte de l’incertitude sportive est un comportement assez dangereux car il est impossible de faire machine arrière, au risque de pratiquer le ping dans le noir, suite à la coupure de l’électricité ! Equilibre compétitif et contrainte budgétaire dans un club de sport est donc le pain quotidien des responsables financiers. Recettes et dépenses découlent directement de la stratégie de mise en oeuvre pour répondre aux objectifs fixés par le club. Il est conseillé de tenir une comptabilité analytique par objectif, en détaillant les gains obtenus et les coûts des actions mises en oeuvre pour y parvenir. Rien n’est pire que de se noyer dans les chiffres sans comprendre précisément un déséquilibre budgétaire.

Et maintenant quelques chiffres sur les budgets des associations sportives :

En 2003, le budget cumulé des associations sportives françaises est estimé à plus de 6 milliards d’euros, soit près du quart de la dépense nationale sportive. Si le budget moyen d’une association est évalué à 31000 euros, il varie fortement selon le nombre d’adhérents mais aussi selon le niveau de compétition et la discipline sportive. 85% des associations sportives reçoivent des financements publics ce qui représente le tiers de leurs recettes.  43% des dépenses sont d’ordre salariales et le bénévolat demeure le pilier essentiel du club sportif, on recense en moyen 13 bénévoles par association sportive. Comme vous pouvez le constater au travers du table ci-dessous, le budget d’un club de tennis de table, de l’ordre de 18000 euros, est inférieur à la moyenne.

Budget associations sportives 2003

On dénombre plus de 175000 clubs ou sections de clubs en France, tout sports confondus. Vous trouverez maintenant dans le tableau ci-dessous une estimation du bénévolat dans les clubs sportifs (tous sports confondus).

Estimation du bénévolat dans les clubs sportifs

Articles connexes

Laisser une réponse